La Misspop: en page de démarrage

 

 

 

 

Actualités

 

Accueil

Formation

Loisirs

l'exclusion

Financement

 

Agenda

Culture

Théologie

Evénement

 

Esprit

Nos valeurs

Lieux

Histoire

 

Partenaires

Bénévoles

Dons

Présence

 

Nouvelles

Projets

Questions

Dessins

 

Nous contacter

 

 

 

La MPEF est avant tout une mission en milieu populaire. Pour en maintenir l'existence, poursuivre les efforts, apporter un renouveau répondant aux demandes actuelles, il est indispensable d'élargir les moyens de son financement.

La Mission Populaire Évangélique de France est une institution ecclésiale affiliée à la Fédération Protestante de France. Pour agir auprès des pauvres et des exclus, elle a dû instituer une organisation duale : elle-même s'inscrit dans le cadre de la loi 1905 qui régit l'ensemble des églises françaises. Elle peut recevoir des dons  mais ses activités sociales sont gérées par des associations loi 1901 (à but non lucratif), parce qu'elles peuvent recevoir des subventions publiques. Les activités sociales apportent ainsi quelques subventions à la Mission Populaire, mais son autonomie, morale notamment, dépend largement de dons qu'elle ne peut de toute évidence trouver dans les milieux défavorisés qu'elle entend servir. Or, l'une des évolutions les plus fortes de ces 20 dernières années au sein de la Mission Populaire est économique : le siège national a vu ses ressources propres - les dons venus de l'étranger, des églises et des personnes - diminuer de moitié alors que dans le même temps, les budgets des postes étaient multipliés par 2, 3 ou 4 !

 

Petite histoire de Lyon-La Duchère " La Frat de Lyon-La Duchère pense que son travail social se serait perdu s'il n'avait été nourri par une présence évangélique pour l'écoute des personnes, la recherche de sens et d'objectifs de vie. Une action sans parole s'épuise en activisme. " Jacques Walter, pasteur, la Duchère

 

  Notre utopie financière : 

* 1/3 de subventions

* 1/3 de dons

* 1/3 d'autofinancement

 (brocantes ...)

Témoignage

Le 21 décembre 2000, on m'annonce un vieux monsieur qui tient à rencontrer le pasteur : " Avez-vous connu le pasteur Bertrand ? ". Certes non ! 1930 ? 1940 ? " Et bien moi si, et depuis, je suis conscient d'avoir une dette envers le Foyer de Grenelle. Alors comme j'avais l'occasion de venir à Paris, je suis passé m'en acquitter, si peu que ce soit. Nous avons été ma sœur et moi accueillis ici alors que nous étions juifs et pauvres. Nous avons fait partie des Eclaireurs avec bonheur. Le pasteur s'est occupé de nous payer l'équipement ". Le vieil homme sort une grosse enveloppe : " Voici mes économies. Je sais qu'elles serviront à d'autres enfants comme moi autrefois. Vous savez, je ne crois plus en Dieu. Toute ma famille a disparu à Auschwitz. Une question me taraude : mon Dieu, pourquoi t'y es-tu arrêté ? "

A vous tous qui soutenez la Mission Populaire, sachez que vos dons, c'est notre liberté. Des œuvres sociales peuvent être subventionnées, pas un pasteur… même si sa présence et la Parole dont il est porteur sont considérées comme importantes et utiles pour la vie de la cité, au-delà des seuls Chrétiens. Sans vous, donateurs, la Mission Populaire ne serait qu'un centre social.